Est-il possible de réduire le montant de sa taxe d’habitation ?


Vous trouvez que le montant de votre taxe d’habitation est élevé ? Dans certains cas, il est possible de bénéficier d’un plafonnement et même d’une exonération totale.

Quelles conditions doivent être réunies pour réduire le montant de sa taxe d’habitation ?

Certaines personnes peuvent bénéficier d’une exonération partielle de la taxe d’habitation. Bien évidemment, il est essentiel de réunir deux principales conditions :

  • Le revenu fiscal de référence ne doit pas dépasser 25 180 euros pour la première part du quotient familial (+5 883 euros pour la première demi-part supplémentaire et + 4 631 euros pour les autres demi-parts).
  • Vous ne devez pas non plus être redevable de l’impôt sur la fortune pour l’année précédente.

Si vous réunissez ces 2 conditions, vous pouvez bénéficier de 4 types d’abattements :

  • L’abattement pour les charges familiales : celui-ci concerne les personnes qui ont à leur charge des enfants mineurs, des enfants majeurs domiciliés chez eux et rattachés à leur foyer fiscal, mais aussi des personnes âgées de plus de 70 ans (sous condition du plafond du revenu fiscal de référence). Si vous êtes dans l’une de ces situations, l’abattement est calculé automatiquement. Aucune action de votre part n’est requise.
  • L’abattement général à la base : les collectivités locales peuvent décider de réduire la base de calcul de la taxe d’habitation.
  • L’abattement spécial à la base pour les personnes modestes : les collectivités locales peuvent accorder un abattement allant de 1 à 15% de la valeur locative moyenne des logements aux personnes ayant des revenus modestes.
  • L’abattement spécial en cas de handicap ou d’invalidité : les collectivités peuvent accorder un abattement de 10% aux personnes en situation de handicap ou d’invalidité.

Astuces pour réduire le montant de sa taxe d'habitation

Et qu’en est-il de l’exonération de la taxe d’habitation ?

Dans certains cas, il est aussi possible d’obtenir l’exonération totale de la taxe d’habitation. Bien évidemment, certaines conditions doivent être respectées :

  • Le revenu fiscal de référence ne doit pas dépasser le plafond en vigueur : en 2017, celui-ci est de 10 708 euros pour la première part (+ 2859 euros pour chaque demi-part supplémentaire)
  • Vous ne devez pas non plus être redevable de l’impôt sur la fortune pour l’année précédente.

Il faut aussi savoir que certaines catégories de personnes sont automatiquement concernées par l’exonération totale de la taxe d’habitation, sous condition de ressources et de composition du foyer fiscal :

  • Les titulaires de l’ASPA (allocation de solidarité aux personnes âgées) et de l’ASI (allocation supplémentaire d’invalidité);
  • Les personnes de plus de 60 ans;
  • Les titulaires de l’AAH (allocation adulte handicapé);
  • Les veufs;
  • Les personnes souffrant d’une invalidité les empêchant de travailler.