Je suis expatrié : dois-je payer mes impôts en France ?


Vous êtes sur le point de vivre une expérience hors du commun : dans quelques mois, vous quittez la France pour travailler dans un autre pays ! L’expatriation est une expérience qui vous a toujours fait envie, mais vous vous inquiétez pour vos impôts : vous vous demandez si vous allez devoir les payer en France, dans votre pays d’expatriation… ou dans les deux pays !

Faut-il obligatoirement changer de domicile fiscal lorsque l’on devient un expatrié ?

Non, ce n’est pas une obligation ! Cela dépend de la situation dans laquelle vous vous trouvez ! Vous ne pouvez donc pas vous baser sur l’expérience d’un proche ayant vécu une expatriation avant vous : sa situation était peut-être très différente de la vôtre.

Pour éviter les mauvaises surprises, nous vous conseillons de déterminer votre domicile fiscal avant de quitter la France.

Payer ses impôts en France quand on est expatriés

Un domicile fiscal en France

Vous partez vivre à l’autre bout du monde ? Dans ce cas, vous vous dites que vous allez devoir payer vos impôts dans votre pays d’expatriation… Ce n’est pas forcément le cas !

En effet, votre domicile fiscal demeure en France si vous respectez une ou plusieurs des situations suivantes :

  • Votre foyer (conjoint, enfants) continue de vivre en France, même lorsque vous êtes à l’autre bout du monde;
  • Vous continuez d’exercer une activité professionnelle et de percevoir des revenus en France;

Ainsi, si vous vivez au Canada 9 mois par an, mais que votre famille est en France toute l’année, vous pourrez continuer d’être imposé dans l’hexagone.

Un domicile fiscal à l’étranger

Votre famille a décidé de vous suivre à l’autre bout du monde ? Dans ce cas, votre domicile fiscal va sans doute changer. C’est simple : si vous travaillez à l’étranger, que vous y vivez en permanence et que vos enfants y sont scolarisés, vous ne pouvez plus bénéficier d’un domicile fiscal en France.

Par contre, il faut savoir que vous devrez peut-être tout de même vous acquitter de certains impôts en France. C’est par exemple le cas si vous êtes propriétaire de biens immobiliers sur le territoire ou si vous continuez de percevoir des revenus de source française.